747

Histoire

Vertical Tabs

De la préhistoire au Moyen Âge

De la préhistoire au Moyen Âge

La préhistoire

Les plus anciennes traces d'occupation de la Presqu'île datent du Mésolithique, 5000 ans avant J.C., il s’agit de sépultures et de squelettes humains retrouvés sur l’îlot de Théviec.

Entre 4500 et 2000 ans avant J.C., période du Néolithique armoricain, les hommes dressent des mégalithes. Par comparaison, la plus ancienne pyramide d’Egypte, celle de Saqqarah, date d’environ 2700 avant J.C.. Menhirs, dolmens et allées couvertes sont bâtis sur Quiberon et ses alentours.

De nombreux monuments sont encore visibles. Les principaux se situent sur de la Côte Sauvage et au sud-est de la Presqu’île (entre Beg er Vil et la pointe du Conguel). 

L'antiquité

Après la période de l'âge de bronze, les Gaulois de la tribu des Vénètes règnent sur un territoire ayant les limites du Morbihan actuel (ce peuple donna son nom à la ville de Vannes).

« Par leur marine considérable, leur supériorité nautique bien reconnue et leurs relations commerciales avec l'île de Bretagne, les Vénètes étaient devenus un peuple très puissant, dont l'autorité s'étendait au loin sur tout le littoral de la Gaule et de la Bretagne Insulaire. Ils possédaient un petit nombre de ports situés sur cette mer ouverte et orageuse à de grandes distances les uns des autres et rendaient tributaires presque tous les navigateurs obligés de passer dans leurs eaux. » (Jules César, La Guerre des Gaules, III, 8)
En 56 avant J.C. les Romains envahissent l'Armorique et asservissent les Vénètes.

Vers l'an 435 les Bretons, contraints à l'exil par les Angles et les Saxons qui conquièrent la Grande Bretagne, s'installent en Armorique, qui deviendra la Bretagne. C’est le début de la christianisation.

Le Moyen Âge

Jusqu'au XIème siècle, Quiberon était une île. En raison d’un déboisement intensif, de grandes quantités de sable furent progressivement déplacées vers la Baie, créant ainsi une bande de sable (tombolo) entre l'île et le continent ; il s’agit de l’isthme actuel.

Époque moderne

Époque moderne

En 1746, la grande escadre anglaise de l’Amiral Lestock, composée de 40 vaisseaux, débarque. Il somme la péninsule de se rendre. Le Capitaine Général, de Penhoët, refuse. Ses hommes seront battus par ceux du Général anglais Sinclair. Les habitants de la Presqu’île fuient tandis que leurs villages sont pillés et incendiés.

Constatant l’étendue des dégâts, le Duc de Penthièvre décide d’aménager la Presqu’île de redoutes. La construction du Fort de Penthièvre débutera en 1747.

L’Affaire de Quiberon

Suite à la Révolution de 1789, de nombreux nobles se sont réfugiés en Angleterre. Ces Royalistes émigrés persuadent les Anglais d’un éventuel renversement de la République par le soulèvement de la Bretagne. En effet, cette dernière est très religieuse et est restée très proche de la Monarchie.

En juin 1795, 5 400 Emigrés Royalistes débarquent à Carnac. Environ 12 000 Chouans, venus de tout le Morbihan, s’allient à eux. En raison de discordes dues au double commandement (Comte de Puisaye et le Comte d’Hervilly) et de l’enrôlement de soldats républicains, les Royalistes vont se déchirer et commettre de lourdes erreurs stratégiques. Ainsi, l’Armée Républicaine, menée par le Général Hoche, réussit à repousser les Royalistes sur la Presqu’île (malgré leur prise d’Auray). Retranchés dans le Fort Penthièvre, les Blancs sont assaillis par les Républicains dans la nuit du 20 juillet. Le lendemain, les Royalistes capitulent ; sur les 6 263 arrêtés, 748 seront fusillés.

Époque contemporaine

Époque contemporaine

XIXème siècle

A la fin du XIXème siècle, le quartier des conserveries de Port Maria se développe suite à la découverte du chimiste Appert permettant la stérilisation des aliments. Quiberon va devenir le premier port sardinier de France avec la création des "usines à sardines". De nombreuses familles Bigoudènes viennent s'y installer. Les femmes travaillaient dans les conserveries pendant que les hommes partaient en mer.

L'inauguration de la ligne de chemin de fer Auray-Quiberon en 1882, initialement construite dans le but d’acheminer des munitions vers les batteries de la côte, va modifier la vie de Quiberon. La pêche, la conserverie et l'exploitation chimique des algues brûlées dans les fours à goémons vont peu à peu faire place au tourisme.

Septembre 1874, Alphonse Daudet l'auteur des "Lettres de mon moulin", se rend à Quiberon. A la suite de ce séjour, il écrira "La petite paroisse".

A partir de 1893 et durant une trentaine d’années, la comédienne Sarah Bernhardt transitera par Quiberon pour rejoindre sa maison de Belle-île.

Le premier casino de Quiberon est construit place Hoche en février 1893.

En 1896, Henry Ceard, académicien Goncourt, s'installe dans une maison de Port Haliguen où il y restera 10 ans. Sa vie quiberonnaise lui inspirera « Terrains à vendre au bord de la mer ».

Le 1er juillet 1899, de retour de l'Ile du Diable en Guyane, Alfred Dreyfus débarque à Port Haliguen. Le 17 juillet 1932, une plaque commémorative sera apposée sur le quai de Port Haliguen par la Ligue Française des Droits de l'Homme et du Citoyen.

 

XXème siècle

La réalisation du boulevard Chanard débute en 1900. Au début piétonnier, son extension permit une cohabitation avec les automobiles. Ce boulevard fut créé pour le tourisme. D’ailleurs, il reste des villas style 1900 construites par les soyeux de Lyon.

En 1910, Monsieur Turpault, filateur de Cholet, fait édifier à la Pointe de Beg Er Lann, un manoir anglo-médiéval : le Château Turpault.

Le 21 novembre 1911, en pleine tempête, le Carl Bech, un trois mâts norvégien, sombre près de la Pointe de Beg Er Vil, engloutissant les 16 membres d’équipage.

D'autres navires ont sombré autour de Quiberon, retrouvez leur histoire sur le site du musée de Quiberon.
 
Quiberon est classée station climatique en 1924.

En 1964, le Centre de Thalassothérapie est inauguré. Louison Bobet, cycliste breton qui remporta 3 Tours de France consécutifs, en est le promoteur.